AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
i take my decisions
avatar
i take my decisions
Hiboux : 587 Avatar : Alicia Vikander Double Compte : Félix le plus beau (Avatar), Tumblr (gifs) Crédits : © WENDERSIENNE

Âge : 32 ANS ⌁ L'âge de raison a sonné.
Nature du sang : PURE ⌁ Les Lantsov sont enracinés dans ces terres battues par les vents.
Statut civil : CÉLIBATAIRE ⌁ Elle s'est laissée deux ans durant lesquelles, elle cesserait de refuser les demandes. Si cela ne fonctionne pas, cas désespérée qu'elle est, elle s'est promise de se lier par le serment de tyr.
Patronus : Porte-musc de Sibérie.
Amortentia : Sapin, Huile de Lin et Cannelle.

MessageSujet: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 17:21


Johanne Ulla Lantsova
“I’m not used to being loved. I wouldn’t know what to do.”

carte de sorcier
nom, prénoms :  Johanne Ulla Alexieva Lantsova. Lantsov est un nom rayé, qui met mal à l’aise. Une famille puriste ayant connu un tournant malheureux il y a de cela six ans maintenant, lors du suicide du Patriarche. On connaît cependant la famille pour ses membres imminents, souvent dans l’ombre du pouvoir. Là où il y a du pouvoir, une soif de mégalomanie, il y a un Lantsov se tenant droit, le menton haut et le regard froid.  âge : Trente deux ans. Son âge fait parler, les messes basses s’entremêlent, valsent entre elles, reviennent, partent à nouveau telle une danse. Car la jeune femme n’a jamais donné sa main à quiconque. date, lieu de naissance :  12 Décembre 1883 à Stolytsia.  origines : Elle est une enfant du pays, ses racines sont ici, ancrées dans le sol frigorifié, battue par les vents. nature du sang : Pure. statut civil : Célibataire. profession : Peintre. Une grande passion qui se manifesta très tôt chez elle malgré un don pour le duel. Elle abandonnera ce dernier afin qu’elle n’ait plus qu’à lever son pinceau afin de frotter celui-ci contre la toile tendue. don : Empathe. Un si petit corps, renfermant un cœur compressé par des années d’éducation sévères et qui pourtant n’a jamais cessé d’être fébrile face aux autres, de trembler dès qu’on le frôlait. Ce trop-plein de tout, elle l’exprime dans son art. Il est aussi ce qui la défigure, la rend vipérine, monstrueuse une baguette à la main. Elle aime être solitaire en conséquent et proche d’un cercle intimiste, afin de ne pas épuiser son cœur.  maison : Sigyn. Elle a porté le bleu et le vert si fièrement durant ses années d’adolescence, cette maison reste et restera la sienne.  baguette : Une baguette taillée dans de l’Abricotier, fine et rapide portant en son cœur un poil de nain. Celle-ci mesure 22, 8 cm.  patronus : Porte-musc de Sibérie.  epouvantard : Une corde avec un nœud coulant, accompagné des grincements d'une poutre. La corde est telle un serpent, elle s'enroule, sert, asphyxie sa proie.  amortentia : Sapin, huile de lin et cannelle.   groupe : ONE DAY MORE.
salveo maleficialumos maximahominum revelio


salveo maleficia.
quel est votre avis sur le tsar ?
Elle admire le Tsar. Il a un poids sur ses épaules, celui d’une nation ambiguë, renfoncée contre elle-même, tel un enfant ayant les genoux contre le torse et la tête entre les cuisses, refusant de regarder autour de lui. Et pourtant, il se présente toujours droit, digne. Elle ne peut pas en vouloir à un seul homme, encore moins à celui symbolisant le pouvoir. Elle pourrait, mais Johanne de par son éducation, a un profond respect pour le Tsar et sa famille. Elle aimerait un jour pouvoir faire leur portrait familiale.

que pensez-vous de l'entrée des sang-mêlés à durmstrang ?
Elle craint. Elle craint tellement pour eux, pauvres enfants jetés dans la gueule d’ours affamés, de mouettes rieuses. Johanne s’est toujours dite contre le projet. Non pas afin de garder l’éducation strictement puriste, mais car elle craignait les répercussions. Les Mêlés voient cela comme un petit pas, une victoire, les Conservateurs tels une honte. Et elle, elle craint, tout simplement, impuissante et secrète.

que représente l'esclavage des sang-mêlés pour vous ?
Johanne se tait, elle ne se prononce pas sur la question. Mais ses œuvres, ses croquis parlent pour elle. Un Sang-Mêlé agenouillé dans la rue, à aider son maître, un autre ici griffonné dans un coin de page à qui elle tendra discrètement la main. Certains s’écrieront que cette femme se tire une balle dans le pied avec un tel comportement.

quelle est votre position vis-à-vis de la résistance ?
De cette société sclérosée de laquelle elle n’ose s’en allait, n’ose éclater la barrière, la Résistance lui semble bien loin, bien chimérique. Elle en entend parler, ne sait comment se positionner car elle sait qu’elle refusera de lever sa baguette sur qui que ce soit. Elle se retrouve piégée et espère simplement qu’un événement, une personne, quelqu’un, n’importe qui, n’importe quoi saura lui ouvrir les yeux afin qu’elle décide à faire un premier pas. Car elle aime le peuple, cette énergie qui se dégage d’eux, ils savent réchauffer son cœur.
ONE. Johanne a régulièrement besoin de modèles pour peindre. Ce sont parfois des portraits officiels, strictes et rigides, ainsi la question de modèle ne se pose pas. Pourtant, lorsqu’elle illustre de grandes scènes équestres, de folklores, ou bien des nus, elle aime appeler des visages, des morphologies qui lui plaisent, afin de tirer le meilleur de celles-ci pour ses œuvres. Certains sont payés en retour, d’autres sont récompensés d’une autre manière. Il n’est pas rare que Johanne couche avec ses modèles, ceux-ci sont ses muses le temps de quelques heures, elle les possède alors. Lorsque l’œuvre est terminé, le charme est brisé et souvent la personne ne représente plus qu’un vague souvenir. TWO. Puisque sa situation inquiète autour d’elle et qu’elle se sait à la botte de codes maritaux rigides, elle s’est promise un compte à rebours. Deux ans durant lesquels elle acceptera ouvertement toutes propositions maritales, elle qui en a renvoyé des vingtaines depuis sa majorité. Elle sait qu’elle se doit de redorer le nom Lantsov, alors la jeune femme se garde deux ans durant lesquels, elle sera davantage ouverte à ce genre de discussions malgré son avis sur la question. Lorsque le temps sera passé, elle refermera les frontières si jamais rien ne se sera passé d’ici-là. Si jamais cela n’arrive, elle sait qu’elle désirera pratiquer le serment de tyr afin de lier son âme à celle de quelqu’un d’autre, car elle sait que tout sentiments amoureux ne fonctionnent pas dans un tel serment, ce qui l’arrange bel et bien. THREE. Malgré un cœur frêle, une empathie envahissante et une famille grisée par le déshonneur du suicide du patriarche, Johanne se porte bien. Elle est droite, élégante, charismatique et sait se laisser aller dans le milieu mondain. Pour elle, ses œuvres, ses projets. Et puis elle ne cachera jamais qu’elle a toujours apprécié les grands ballets, sentir une poigne puissante soulever sa taille afin de la faire virevolter. FOUR. Sachant son avenir incertain, elle hésite à prendre contact avec la Résistance. Elle préfère attendre un signe, quelque chose de certain qui la poussera à un jour sauter le pas, mais en attendant, son avenir est telle une porte se refermant peu à peu tout en grinçant, sans cale pour la bloquer malgré les courants d’airs. FIVE. Johanne n’est pas contre la magie. Elle en a simplement peur, elle la trouve barbare, froide. Lorsque l’on prononce Johanne Lantsova, le peintre vient tout d’abord dans les esprits. Puis le souvenir d’une duelliste ayant offerte des combats sanguinaires, à bout de souffle et d’haleine revient à la mémoire. On la félicite, on lui rappel ses exploits passés. Alors qu’elle, ne voit que le petit soldat formé qu’elle tente d’écraser au plus profond. Elle n’aime pas la personne qu’elle a été durant ses années à Drumstrang, elle aimerait l’oublier, elle en a honte d’avoir été malléable à ce point.
hominum revelio.
La brume était volatile, les eaux profondes lorsque le sifflet retentit. Johanne était encore jeune, avec des épaules frêles et des yeux calfeutrés sous un voile d’innocence enfantine. Pourtant, ceux-ci était cernés par l’appréhension. Plonger dans les eaux froides, traverser la forêt, vaincre les peurs et le temps face à des épreuves difficiles. Johanne était des enragés, de ceux qui voulaient s’en sortir car elle savait qu’un refus l’enverrait dans le froid éternel, dans un exil au goût honteux. Alors elle était de ceux qui ralentissait les têtes de listes, des belliqueux qui formaient des alliances. Curieuse chose qu’elle ait finit par entrée dans la Maison Sigyn, celles des âmes courtoises après de tels exploits. Mais Johanne n’était pas méchante, elle était une empathe, déjà submergée et qui dans la panique, préférait sauver sa peau avant de ne faire davantage de dégâts. Le rite de passage n’a jamais été un souvenir, pourtant des choses s’y sont passées, des choses dont jamais elle ne se rappellera, pour son plus grand bonheur car si elle savait, la honte viendrait sûrement ternir sa belle fierté. Qui était-elle à l’époque pour se permettre à l’époque de promettre à cette pauvre fille qu’elle surveillerait ses arrières alors qu’à la moindre occasion, elle a su l’évincer dans la forêt où dans les entrailles du labyrinthe, induire en erreur les plus naïfs? Elle n’était personne, juste une jeune fille effrayée par l’échec, par les vagues d’angoisses d’autrui venant la submerger. Leur mentir, c’était apaiser l’ambiance, c’était se permettre une bouffée d’oxygène alors qu’elle se noyait parmi les angoisses des uns et des autres, c’était se donner une chance là où elle pensait ne jamais en avoir. C’était de la survie.

pseudo, prénom : WENDERSIENNE, Camille. âge : 20 ans.  pays : France.  avatar : Alicia Vikander.  inventé, scénario, prédéfini : Inventé!  crédits : Tumblr  commentaire :    

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i take my decisions
avatar
i take my decisions
Hiboux : 587 Avatar : Alicia Vikander Double Compte : Félix le plus beau (Avatar), Tumblr (gifs) Crédits : © WENDERSIENNE

Âge : 32 ANS ⌁ L'âge de raison a sonné.
Nature du sang : PURE ⌁ Les Lantsov sont enracinés dans ces terres battues par les vents.
Statut civil : CÉLIBATAIRE ⌁ Elle s'est laissée deux ans durant lesquelles, elle cesserait de refuser les demandes. Si cela ne fonctionne pas, cas désespérée qu'elle est, elle s'est promise de se lier par le serment de tyr.
Patronus : Porte-musc de Sibérie.
Amortentia : Sapin, Huile de Lin et Cannelle.

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 17:21


Une histoire
"you are so brave and quiet i forget you are suffering."

Il y avait cette agitation, cette mouvance constante dans ce regroupement, ainsi qu’un point paralysé en son noyau. Une sorte d’étoile morte au regard éteint, fixant le vague, qui de temps à autre, tel un jouet dont on remonterait les mécanismes, daignait relever le menton afin de faire briller l’espace de quelques instants son engrenage. Un sourire mal à l’aise duquel s’échappait un nuage de nicotine, des yeux timides sur lesquels se refermaient des paupières pâles, des ongles propres et courts grattant nerveusement l’étoffe. « Alexieva, cette exposition est une véritable réussite. Félicitations à vous pour votre travail. » Johanne vient enlacer les mains de l’admiratrice avec douceur, les serrants dans les siennes alors que sa cigarette se balançait dangereusement au coin de ses lèvres. « Merci à vous d’être passée surtout, cette exposition serait simplement une pièce vide sans vous. » L’espace d’un instant, son visage s’était mis à danser avec une sincérité certaine, et tandis que les mains gantées venaient de glisser poliment d’entre les siennes, d’autres vinrent l’accaparer. Une lui faisait signe un peu plus loin, une autre était venu se glisser sur son épaule, une autre encore, maladroite, avait effleuré le creux de ses omoplates. « Johanne, te voilà. J’ai un fervent admirateur par ici, très étonné par ton style qu’il qualifie de… » L’homme en question vînt se mettre en avant, coupant la parole d’un geste insolent et pourtant amical. « Masculin. La touche est forte et pourtant délicate. Elle vous ressemble. Alexei Zova, enchanté.» Se laissant faire aux amabilités habituelles, elle le fixa, un sourcil haussé, sans que le commentaire lui ait déplu pour autant. « J’ai la chance d’être née femme et d’avoir été éduquée tel un homme. » Après quelques échanges banals, durant lesquels elle ne put s’empêcher de l’attaquer rhétoriquement, de par sa prose, ses tournures particulières et ses regards de velours trompeurs, il désira faire le tour des salles environnantes, qu’elle ajoute à chaque images une note personnelle. Ce à quoi elle avait répondu dans un haussement d’épaule hilare et suffisant « Comme si les images ne parlaient pas d’elles-même! »

Le premier tableau face auxquels ils s’arrêtèrent, celui qui leur sembla digne d’intérêt était un gigantesque nu. Une femme blonde dans un drapé blanc, une scène lumineuse, intimiste dont chaque plis du draps possédait ses nuances dans lesquelles se mélangeaient des bleus-gris, des parme, des taupes, afin de pouvoir former cette touche ombragée parfaite afin de rehausser tout en douceur la lumière. « Vous voyez cette femme? Je l’ai beaucoup aimée. Elle a tout été. Une amie, une sœur. C’est fou comme on peut rapidement se débarrasser des gens et ignorer leur existence même à partir du moment où ceux-ci vous ont blessés. » Ce qu’elle détestait aujourd’hui regarder le contour en amande ses yeux pâles, l’angle suave et plein de rondeurs de ses lèvres ou bien la courbure de sa poitrine à moitié cachée. Elle détestait ce tableau, elle avait pensé à le détruire plusieurs fois. Elle avait détruit les autres à son effigie, dans toute sa rage destructrice, pourtant celui-ci, elle ne pouvait s’y résoudre, elle désirait le garder en tant que pièce maîtresse de son travail. « Que lui est-il arrivé pour que vous en parliez de manière aussi solennelle? » Un sourire amusé s’installa sur le visage passif de Johanne. « Elle est en quelque sorte morte. Elle s’est mariée. »

Johanne se souvenait encore de l’époque où elle était une jeune étudiante, le fusain tremblant au bout des doigts. Les Lantsov n’étaient pas encore un synonyme de drame à l’époque, mais n’allaient pas tarder le découvrir. Malgré une fortune familiale, la jeune femme avait décidée qu’elle travaillerait avec le strict minimum, qu’elle se servirait de moyens simples afin de créer son art, que celui-ci serait un reflet de la société, de par ses sujets ainsi que ses techniques. Elle avait besoin de modèles afin de s’entraîner, mais ceux-ci revenant trop chers, elle se devait de trouver des amateurs, de les convaincre. C’est dans un cours de danse classique qu’elle découvrit Anna, son élégance. Elle lui demanda de poser pour elle, que cela serait profitable pour eux deux. Elles lièrent une certaine amitié au fil du temps, des pages de croquis entières qui devinrent des tableaux, des portraits, des mises en scènes. Elles partagèrent de nombreuses nuits blanches à sortir ou bien travailler. Un soir, revenant d’un dîner où Johanne l’avait amenée, Anna et elles se moquaient de l’engouement de celui-ci pour la danseuse. « Il avait les yeux si ronds que j’ai crû qu’ils allaient rouler comme des billes! » Johanne vient lui prendre la main comme il l’avait tant fait dans la soirée afin de l’imiter, l’embrassant de la naissance du poignet jusqu’à son épaule dans un flot de compliments accompagnés d’une voix faussement grave. « Madame! Vous êtes une reine! » Les rires vinrent presque se transformer en sanglots, elles tentèrent de se calmer, soufflant. « En attendant, il ferait un bon mari si ma carrière ne décolle pas. » Johanne n’aimait déjà pas à l’époque que l’on parle de mariage comme de carrière, d’objectif vital lorsqu’on était une femme. Alors elle s’approcha d’Anna, les sourcils haussés. « Quel dommage. » Elle saisit son visage entre ses mains, secouant négativement la tête. « Gâcher un tel talent afin de donner ton corps au service d’un homme. Quelle bêtise. » Elle était venu saisir ses lèvres, voulant lui montrer que pour ce moment en tout cas, la muse appartiendrait à son peintre. Johanne l’entretînt durant quelques temps, l’air de rien, jetant un peu de l’argent familiale par les fenêtres, dans des tenues, des accessoires, des nuits fastueuses. Vous connaissez la suite. La Famille Lantsov essuya son drame, le suicide du père qui ne laissa ni note, ni traces  expliquant son acte. Johanne soupçonna certaines choses, sans jamais se prononcer, se plongeant davantage dans ses vices et sa passion. Vous connaissez la suite. Johanne, financièrement instable, vit les bras d’Anna se consoler dans ceux d’un parti masculin et riche, délaissant la jeune peintre. Leur dernière rencontre fût enragée. Johanne était folle de rage. Elle vivait la ruine, le déshonneur et maintenant l’abandon d’une amie, d’une amante. Anna était venu à l’atelier, endimanchée telle une femme mariée, l’air gênée. « Je suis venue te dire au revoir. Nous allons partir pour notre lune de miel. » Un rire rauque avait résonné dans l’atelier vidé par les saisies, Johanne avait empoigné son cou dans sa main, la plaquant contre le mur. « Je suis sûre que tu n’a pas envie de me voir en colère Anna. Alors va-t-en. » Elle l’avait relâchée d’un geste bref, accompagnant son départ des toiles à son effigie qu’elle balançait derrière son passage.

Le brouhaha de l’exposition vînt l’éveiller à nouveau, sous le regard curieux de ce jeune critique d’art. « Vous avez une dent contre les hommes? » Elle retînt un rire, secouant négativement la tête. « Pas du tout, au contraire même. Vous savez, vous n’avez pas à me définir par rapport à ma sexualité. Le fait que je n’ai jamais été mariée n’a rien à voir avec elle. J’aime les hommes. Je n’aime pas leur appartenir, voilà tout. » S’avançant dans les allées, elle s’arrêta cette fois-ci face à une grande fenêtre donnant sur l’extérieur, soupirant. « Vous savez, un jour un sorcier m’a demandé quel était l’intérêt de la peinture dans un monde où la magie étaye tout les possibles. Je lui ai répondu que la magie divisait, tuait en ces temps sombres. Que jamais un pinceau ne ferait tout le mal que la magie a faite autour d’elle durant tout ces siècles. Peindre, c’est aimer, lever sa baguette, c’est un acte de barbarie. » Notant frénétiquement les paroles de la peintre sur son carnet afin d’écrire par la suite un article, il finit par lever les yeux de celui-ci, s’humectant les lèvres. « Êtes-vous donc pour la révolution, contre la magie? » Johanne se leva, elle marcha calmement, distribuant un signe de tête à l’un, un hochement de tête à l’autre, ses lèvres s’étirant péniblement et pourtant avec sincérité. Ils arrivèrent devant un portrait d’une tête aristocratique. « C’est l’un des cousins du Tsar, un homme que je respecte énormément. » Elle prit le temps d’observer le regard froid, la pose rigide avant de répondre. « J’ai été diplômée de Durmstrang il y a longtemps maintenant. Leur discipline, leur rigidité, leur sévérité sont des choses qui ont fait de moi la duelliste que je suis aujourd’hui. Je ne suis pas contre la magie, je ne l’ai jamais été. Et je ne sais quoi penser de la révolution. J’aime le peuple, les inégalités me blessent, le sang pur coule dans mes veines. Et pourtant, je suis là, à prendre les choses en mains si je le désire. Vous comprenez ce que je veux dire? » S’approchant du jeune critique, elle prit son visage entre ses mains, le regardant dans les yeux. « Comprenez-vous Alexei ce que cela signifie? Le chant du peuple raisonne, il bouillonne. Il cogne à nos portes, hurle sous nos balcons. Et bientôt nous ne pourrons plus l’ignorer, pas même vous. » Il retira doucement ses mains de son visage, parlant tout comme elle à voix basse. Il garda dans sa main la sienne durant quelques instants encore, le regard sévère. « Vous êtes un esprit brillant. Mais vous êtes trop libre. Vous vous pensez visionnaire, certains vous voit décadente, extravagante. Johanne, il sera bientôt temps de mettre vos talents au service d’une cause et je crains sincèrement de vous voir empatir d’une mauvaise décision. Je sais que la peinture est l’un de vos talents, mais n’oubliez pas qui vous êtes pour Durmstrang. Vous êtes cette duelliste froide et ardente à la fois, vous êtes sanguinaire avec une baguette entre les mains. Vous êtes la fille Lantsov, fille d’une mère pieuse, d’un père déshonoré par le suicide. Vous serez toujours ce bon petit soldat qu’ils ont créés. » Secouant la tête, son sourire s’élargit petit à petit, effrayée soudainement par le souvenir de l’académie, la prononciation du nom la mettant mal à l’aise. Les yeux humides, elle prit une certaine inspiration. « J’ai déjà fais mes preuves, je n’ai plus à les faire. Je resterais ce que j’ai toujours été, insaisissable. »

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 534 Avatar : phoebe tonkin Double Compte : freyja, raafael et ivar Crédits : viceroy (avatar) et manon d'amûr (gif profil)

Âge : vingt-quatre hivers.
Nature du sang : pur.
Statut civil : fiancée à yagor bytchkov d'après les dernières nouvelles.
Patronus : un corbeau, symbole des mystères de la vie et de la magie.
Amortentia : une odeur absurde de rhum mélangé à celle du bois

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 17:24

le pseudo, alicia et le personnage j'ai hâte d'en savoir plus
bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de loki
avatar
maison de loki
Hiboux : 315 Avatar : matthew daddario. Double Compte : serghei, svea, rhaegar. Crédits : hepburns. (ava) myself. (signa)

Âge : vingt-cinq ans, de haine et de colère.
Nature du sang : royal pur blood.
Statut civil : solitaire, il ne laisse pas l'amour se mettre sur son chemin.
Patronus : un puma, les pouvoirs du chef.
Amortentia : le parfum sucré et envoûtant de hedda.

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 17:38

La sublime Alicia et ce début de fiche, j'adore.
Bienvenue sur le forum et bonne rédaction.

_________________

you're mine hedda
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i take my decisions
avatar
i take my decisions
Hiboux : 587 Avatar : Alicia Vikander Double Compte : Félix le plus beau (Avatar), Tumblr (gifs) Crédits : © WENDERSIENNE

Âge : 32 ANS ⌁ L'âge de raison a sonné.
Nature du sang : PURE ⌁ Les Lantsov sont enracinés dans ces terres battues par les vents.
Statut civil : CÉLIBATAIRE ⌁ Elle s'est laissée deux ans durant lesquelles, elle cesserait de refuser les demandes. Si cela ne fonctionne pas, cas désespérée qu'elle est, elle s'est promise de se lier par le serment de tyr.
Patronus : Porte-musc de Sibérie.
Amortentia : Sapin, Huile de Lin et Cannelle.

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 17:39

Alexa › Merci beaucoup beauté

Yagor › Merci tu vas être content de voir que l'histoire est postée alors

_________________
These violent delights have violent ends and in their triump die, like fire and powder which, as they kiss, consume.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de baldr
avatar
maison de baldr
Hiboux : 167 Avatar : matthew daddario. Double Compte : hedvig la badass, torvald le fragile. Crédits : -av/@Hepburns.

Âge : Leonid écume ses vingt-cinq ans, un quart de siècle, on penserait presque qu'il est assez mature pour prendre le trône, malheureusement il ne l'est pas encore et le sera sûrement jamais.
Nature du sang : Pur, les Bytchkov est la famille la plus Pure qu'il existe, même si cette question de sang ne l'a jamais réellement intéressé.
Statut civil : fiancé à une bien étrange créature, une femme.
Patronus : némo.
Amortentia : l'odeur de pipi de chat.
Localisation : oklm à l'institut.

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   Dim 21 Fév - 19:09

Déjà je te souhaite la bienvenue et alicia est un choix orgasmique. I love you


bienvenue sur durmstrang
embarquez pour stolytsia et l'institut

Félicitations, tu viens d'être validé Tu fais désormais officiellement partie des membres du forum. Avant toute chose, laisse moi te dire quelques mots sur ta fiche : je suis amoureuse de ton personnage, elle est si parfaite. j'ai eu de beaux rappels de the danish girl et j'adore ta plume, la fiche est à mes yeux parfaites et j'ai vraiment hâte de la voir dans le jeu. . Maintenant que tu as un joli rang et une couleur sur ton pseudo (si c'est pas la classe  ), tu dois remplir les registres pour y inscrire ton personnage. Il faudra tout d'abord vérifier que ton avatar est bel et bien inscrit dans le bottin. Si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à contacter un membre du staff qui l'ajoutera le plus vite possible. C'est la même chose si ton personnage a un don. Il est toujours préférable de vérifier que ta place est bien réservée dans l'annexe des mutations magiques. Ensuite, comme tu dois sûrement t'en douter, tu devras recenser ton personnage dans les différents registres du forum. Si ton personnage étudie à Durmstrang, il faudra le signaler dans le registre des élèves. N'oublie pas de recenser son ordre s'il en fait partie. Tu devras aussi veiller à recenser ton patronus  afin d'éviter qu'il ne soit pris. Si ton personnage exerce une profession ou qu'il est en stage dans la capitale, n'oublie pas de poster dans le registre des métiers. Et voilà, tu as terminé ! Tu peux désormais aller créer un scénario ou encore un lien préféfini. Tu peux aussi poster une fiche de liens et en demander aux autres membres. Pour finir, n'hésite pas à flooder  I love you Nous te souhaitons un très bon jeu sur le forum  I love you N'hésite pas à contacter l'équipe administrative si besoin  I love you

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized

_________________

hello darkness my old friend
I've come to talk with you again, because a vision softly, creeping left its seeds while I was, sleeping. And the vision, that was planted in my brain... still remains within the sound of silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)   

Revenir en haut Aller en bas
 
SO MANY STARS AND STILL WE STARVE. (Johanne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dalas Stars signature
» Dalas Stars Aligment
» Dallas Stars
» We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars !
» Line up the stars ◆ 17/07 | 18h25

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: archives de l'empire :: - la galerie des portraits :: sorciers certifiés-
Sauter vers: