AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 an air of pain { hedvig

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 35 Avatar : daisy ridley Crédits : maknae (av), drdaily (sign:gif)

Âge : vingt-trois belles années de torture et de mensonges.
Nature du sang : pur, il ne pouvait en être autrement.
Statut civil : prête à marier selon ses parents mais loin d'elle cette affreuse idée.
Patronus : à l'image de sa sorcière en société, le patronus de Petra prend la forme d'un paon.
Amortentia : la dite potion embaumerait la neige fraîche, le bois -en particulier le pin- et l'odeur émanant des homards en soupe.

MessageSujet: an air of pain { hedvig   Lun 14 Mar - 18:56




an air of pain
hedvig moller

Le mistral, froid comme une lame de dague, lui glaçait le sang. Elle aurait pu rentrer, se réfugier dans le pavillon Skadi au coin d’un feu de cheminée. Mais elle n’était pas née ainsi. Bravant chaque obstacle, elle avait décidé de s’exercer à la nage ce jour. Si un instant elle avait pensé renoncer, sa nature profonde le lui interdit. Petra parvenait alors aux abords du lac, toujours aussi sombre. Noir comme une nuit sans lune. Tremblotant de froid, elle poursuivit. Retirant son manteau de peau d’ours brun, puis une à une ses différentes épaisseurs. Sa peau de porcelaine se dévoilait alors. Aussi blanche qu’une neige brillant sous les rayons du soleil. La Russie ne représentait rien pour elle, fille de la Finlande, les brises russes ne la faisait que frissonner. Uniquement vêtu d’un tee-shirt noir et d’un sous-vêtement de même couleur, son épiderme se teinta d’un violet bleuté.
Elle visionnait la surface noire de ses prunelles sombres. Le regard froid et déterminé, Petra fit quelques pas en direction de l’eau. Plus ses talons foulaient les galets grisâtres, plus les souvenirs lui revenaient. Ayant appris à se maitriser, elle poursuivit sa marche. Soudain, ses orteils firent le contact entre son corps et le lac. Aussitôt, elle se stoppa. Ecarquillant les yeux, elle fit un pas en arrière. Les hésitations la prirent à nouveau, sans compter que le toucher de l’eau lui remémora la première fois. La première fois qu’elle s’était jetée à bras ouvert dans cette eau. La fois où le cœur tambourinant, l’adrénaline parcourant ses veines, on la mutila. Mordu à la cheville, sur le flanc et s’en sortant avec une griffure près de l’œil. Prendrait-t-elle aujourd’hui le risque d’à nouveau faire la rencontre de ces démons marins. Elle ne parvenait pas à se décider.
Un craquement, elle fit volte-face, resserrant sa poigne sur le bois de sa baguette. Le vide. Rien à l’horizon. Et pourtant. Persuadée d’avoir entendu un bruit, elle quitta l’antre aux monstres et relevant le bras tenant son arme, elle progressait vers ses affaires qu’elle avait laissées en plan. Quand un nouveau son parvint à ses oreilles, son cœur se mit à battre une fréquence inhabituellement élevée. Cette fois c’était sûr, quelqu’un l’observait. A demi inquiète, elle haussa la voix. « Qui est-là ? » Le froid environnant ne la rendait pas plus confiante et sa peau nue la rendait plus vulnérable, une position de faiblesse qu’elle n’affectionnait que peu.



_________________

deep feelings,

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 388 Avatar : lily james, la déesse. Double Compte : leonid et torvald les bgs. Crédits : -av/@tellers. -gif/tumblr (signa) et ivana d'amûr (profil)

Âge : Elle écume sa vingt-quatrième année avec toujours autant d'arrogance et de médisence. C'est cette haine qui la consume, comme la tient éveillée.
Nature du sang : Elle est une ancienne esclave, elle est de ceux qui n'étaient rien, une simple Mêlée, plus que fière de son propre sang.
Statut civil : Célibataire et loin d'être attirée par les histoires de coeur. Hedvig est seule et ne s'en plaint pas.
Patronus : lol

MessageSujet: Re: an air of pain { hedvig   Mer 16 Mar - 1:32




an air of pain
petra vasara

La douce mélodie du vent vint caresser ses joues rougies par la colère. Elle était en colère Hedvig, ce n'était pas la colère habituelle, non, c'était la rage qui se tuait dans ses tripes. Quelques jours depuis le massacre, quelques jours depuis les batailles, quelques jours déjà qu'elle avait cru pouvoir se calmer, mais non, les visages passifs l'avaient rendu agressive, les puristes provoquant des envies de meurtre violentes, et les résistants qui ne l'encourageaient que plus dans sa cause. Elle allait se faire réprimander, elle n'en doutait pas une seconde, mais le temps n'était pas à la panique ou à l'appréhension, elle devait agir. On la tuerait sûrement pour son affront, évitant de croiser les visages qu'elle avait attaqué lors du discours, elle se cachait derrière sa bulle de courage pour ne pas avoir à faire face aux conséquences. La blonde avait lâché l'animal, la créature avide de sang, celle dont elle s'était juste rendue compte il y a quelques jours. Elle n'était pas mieux que les puristes, que les esclavagistes, elle était peut-être même pire, car elle était prête à leur infliger ce qu'ils lui avaient fait, ce qu'ils avaient fait à sa famille, à ses amis, à son peuple. La différence de sang ne faisait que se ressentir plus qu'auparavant, elle en avait marre des belles paroles de l'empereur, elle en avait marre de la vanité des grandes familles qui ne pensaient qu'à survivre sur le dos des autres. Ils ne mourraient peut-être pas ce soir, ni demain. Mais leurs souffles s'éteindraient à l'unisson, comme leurs cœurs et leurs idées. Elle s'y vouerait corps et âme, plus encore que dans le passé, la guerre avait clairement été déclaré ce jour-là, une guerre qui n'était plus discrète, non, elle était chaotique, violente et sanglante. Peut-être qu'Hedvig s'effrayait elle-même, peut-être qu'elle ne voulait pas voir ce dont elle était réellement capable, peut-être même qu'elle cherchait parfois à calmer ses ardeurs sanguinaires, mais lorsqu'elle voyait ces visages coupables, la haine et la créature reprenaient le dessus sur la morale et l'éthique. Dans cette guerre il n'y avait de toute façon aucune morale, c'était du sang contre du sang, une vie contre une autre, elle avait compris le jeu, elle était même maître des règles. Hedvig avait déclenché un ouragan, une tornade éteinte au sein de l'institut qui venait à peine de s'éveiller. Mais elle comprenait maintenant à quel point elle avait désiré ce réveil, elle avait désiré cette piqûre de rappel, celle qui criait aux Mêlés, aux résistants de se lever et de se battre. A bat la neutralité. A bat les règles. Il n'y avait aucune règle. Les puristes réclameraient sa vie contre les dommages causés, mais Hedvig se battrait jusqu'à son dernier souffle, exigeant elle-même un prix pour toutes ces vies innocentes arrachées à l'Empire. Pour quoi ? Une vengeance. Tôt ou tard les puristes finiraient par se repentir et se rendre compte que les résistants sont bien trop capables de leur rendre le double de leur soit-disant châtiment. La blonde allumait tous les soirs une bougie pour ses amis, ses frères et ses sœurs, elle n'oublierait pas et ne ferait très certainement pas oublié cet affront à ses adversaires.

La gamine s'était réfugiée dans le parc de l'institut, la nature étant toujours à l'unisson avec ses idées, fougueuses, solitaires et calmes. Elle avait besoin de calme, de sérénité pour poser ses maux, pour poser les problèmes qui ne faisaient que la tirailler encore plus. Elle marcha en direction du lac, le lac sombre cachant derrière ses vagues un sombre secret : des créatures assoiffées de sang, des créatures que l'on cherchait à cacher des élèves. Elle avait toujours l'impression d'entrer dans une vague de neige lorsqu'elle posait ses pieds dans cette eau sombre, souvenir lointain venant marteler son esprit, celui d'un rite de passage bien trop difficile. La mémoire avait pourtant été effacé mais les sensations corporelles étaient toujours là. Alors qu'elle s'approcha du rivage elle se rendit compte d'une silhouette non loin d'elle, observant derrière les branchages d'un sapin, elle vit une jeune fille qu'elle connaissait de vues, avec qui elle s'était déjà disputée, une fille qui ne venait pas de n'importe quelle famille. Une pure, une puissante, une princesse déchue, qu'Hedvig voulait briser, briser comme le reste de sa famille ou de ses alliés. Telle une panthère, elle s'avança vers la nouvelle proie, la créature refaisait surface, la bête avide de justice, avide de justice en utilisant des moyens trop injustes. Elle s'était battue, elle avait torturé, et s'il le fallait elle ferait la même chose pour arriver à ses fins. Petra Vasara ne serait plus à la fin de cette altercation. Peut-être était-elle devenue folle, mais la peur n'était plus là, elle l'avait quitté, elle s'était échappée de son système. A présent elle n'était qu'une simple chasseuse, un félin attendant patiemment de trouver sa prochaine victime, celle qu'elle mordrait de ses dents carnassières. « Qui est-là ? »  Hedvig sourit, elle et son visage poupon n'était pas en adéquation avec son stade mental bien trop avancé, ce stade de bienséance qu'elle n'avait en réalité jamais réellement eu. S'avançant cette fois-ci baguette en main, elle se montra à la proie et sourit toujours malicieusement. Hedvig n'avait jamais attaqué gratuitement, ses actions parfois futiles avaient toujours été provoqué par quelqu'un ou quelque chose. Cette fois-ci elle s'avançait vers Petra avec la réalisation pleine que celle-ci ne mériterait peut-être pas son châtiment. Mais elle paierait, elle paierait ce soir, pour tous les autres. « Vasara, décidément toujours au mauvais endroit au mauvais moment. » Elle continua à lui sourire bancalement, ce n'était rien de cordial, juste une voix froide, glaciale, menaçante. Hedvig manqua presque de se lécher les canines. « Je ne sais pas si tu as eu vent des dernières rumeurs à mon propos. Paraît-il que j'aurais mordu l'épaule du prince et presque paralyser une Ivanova. » Elle s'en vantait la vilaine, parce que c'était quelque chose qu'elle avait accompli, elle avait accompli une torture, une violence incomparable à tout ce qu'elle avait pu faire auparavant. « Je te conseille de garder cette baguette bien levée Vasara, nous sommes en guerre, et tu es malheureusement du mauvais côté. » Elle garda sa baguette dans sa main, sans la lever encore, elle attaquerait au bon moment, peut-être même que Petra jouerait le jeu.

_________________
would things be easier if there was a right way? oh, but honey there is no right way. and so you fall in love just a little bit everyday with someone new. @HOZIER.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
an air of pain { hedvig
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: durmstrang :: - les alentours :: le lac-
Sauter vers: