AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 ⊰ CONTEXTE (à lire obligatoirement)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
i rule the north empire
avatar
i rule the north empire
Hiboux : 122 Avatar : mystère et boule de gomme. Crédits : redwyne la coquine.

Âge : ne soit pas trop indiscret, veux-tu ?
Nature du sang : sang pur et royal, on est pas du même level.
Statut civil : marié, swagé.

MessageSujet: ⊰ CONTEXTE (à lire obligatoirement)   Lun 8 Fév - 22:47


Zorn und Wut
i see fire


Stolytsia, 12 mai 1905,
La révolution faisait rage au sein du monde moldu, et cette envie, cette ambition de vouloir plus, de pouvoir se démarquer et d'avoir un droit de vote, un droit d'opinion se faisait ressentir au sein même du monde magique. Le Tsar Aleksandr Bytchkov craignait une guerre, une guerre civile, un peuple départagé, du sang coulant sur les pavés et sa couronne retirée. Il cauchemardait sur ce scénario depuis quelques jours déjà. Un attentat avait été déclaré au nord de la ville, et l’assassinat d'un de ses conseillers au sud. Il n'avait pas besoin de la brigade pour comprendre qui avait bien pu être les acteurs de ces crimes atroces. Les Mêlés étaient des animaux, des moins que rien, d'anciens esclaves qui cherchaient par tous les moyens à accéder à son trône, mais Aleksandr n'allait pas flancher, il n'allait pas leur laisser cette chance. Il était un tsar avec une poigne de fer, la peur s'émancipait dans les têtes de ses collaborateurs, mais il devait garder la tête haute, ne pas laisser les rumeurs ou les murmures des pires commères le toucher. Il était fort. Oui, très fort. Seulement pour combien de temps ? On parlait d'une révolution pire encore que la révolution française. Il n'avait personne pour l'aider, personne, pas même les français ou les anglais. Ils étaient tous reclus dans leurs démocraties, leur mélange entre pureté et mêlé, mais jamais, ô grand jamais Aleksandr n'allait-il les laisser influencer son royaume, l'empire que lui et ses ancêtres avaient bâti et construit de rien.

L'institut de Durmstrang, le premier septembre 1907,
La neige tombait délicatement sur les pavés de l'école. Le directeur regardait avec une mine grave, le tapis blanc s'étendre sur la cour de l'école. Le lac n'avait pas encore gelé, mais les températures baisseraient encore pendant la nuit, l'hiver venait de commencer et il avait fait une entrée qui chamboulerait absolument tout. « Monsieur Orlov, il est temps que vous teniez votre discours. » Le directeur tourna la tête vers sa secrétaire et hocha délicatement de la tête, avec toujours la même mine inquiète. Il avait peur d'annoncer les nouveaux décrets, les annonces choquantes qui glaceraient le sang de tous. Monsieur Orlov s'avança vers le pupitre à cet effet, et s'éclaircit la gorge, le brouhaha dans la salle se tut immédiatement. Des centaines d'yeux se posèrent sur lui, le directeur bomba le torse, il ne devait pas flancher. « Chers élèves, chers professeurs, je vous souhaite la bienvenue pour une nouvelle année au prestigieux institut de Durmstrang, je parle au nom de tout le corps administratif pour vous dire à quel point je suis heureux de vous revoir pour cette nouvelle année. » Il était pris dans une certaine solitude, il était seul à savoir ce qui arriverait, ce qui chamboulerait tout un empire perdu déjà dans des idées révolutionnaires. « Aux vues des récents événements, une nouvelle loi a été signée par sa majesté le Tsar Aleksandr Bytchkov il y a un mois de ça. Vous serez les premiers à en entendre parler et j'exige un silence olympien lorsque je vous l'annoncerai. » Loi, ou compromis ? Seul le tsar pouvait répondre à cette question. « Depuis la création de l'institut seuls les Purs pouvaient accéder à l'apprentissage que vous offre l'école. Depuis ce début d'année, l'accès au savoir et à l'apprentissage est ouvert aux Mêlés qui auront réussi la répartition. » Répartition déjà difficile pour les Purs avec une formation magique, impossible à passer pour les Mêlés. Le directeur ne le dit pas, il le pensait seulement très fort. « Je vous demande donc de les accueillir comme il se doit, puisqu'ils seront vos nouveaux camarades. » Il ne réussit pas à terminer son discours, les discussions commencèrent à exploser. Monsieur Orlov ne s'entendit même plus penser, la peur s'étant déjà agrippée à ses tripes, le Tsar pensait peut-être que cette loi estomperait la rage des révolutionnaires, ça ne ferait que les encourager.

Institut de Durmstrang, cinq décembre 1915
Elle marchait tête baissée dans les couloirs. La raison de sa solitude ? Son sang, la chose rouge qui coulait inlassablement dans ses veines, qui la tenait en vie, mais qui ne lui donnait pas le statut de noblesse ou de personne. Ses ancêtres étaient esclaves, son père mort sous les coups durs que la vie lui avait infligé, sa mère à moitié folle sous la perte de sa moitié. Elle était seule. Si l'hiver venait de commencer à Durmstrang, le froid glacial y subsistait depuis bien longtemps. Elle était une Mêlée, une moins que rien d'après beaucoup de Purs. Une intrus, un cafard, une chose dont il fallait se débarrasser. La révolution avait fait de belles choses, mais l'entrée de Mêlés au sein de Durmstrang n'en était pas une. Cette loi était censée joindre deux peuples, en conclusion ça n'avait fait que les séparer encore plus. Un fossé s'était creusé entre chaque parti et aucun  n'était prêt à baisser sa garde. Elle avait accumulé prière sur prière, elle avait failli rejoindre la révolution elle-même pour la sortir de sa solitude sordide. Mais elle ne ferait qu'encaisser, ou peut-être fuir si l'occasion lui en venait.

Nous sommes en 1915, huit ans ont passé depuis que la loi décrétant que les Mêlés pouvaient se rendre à l'institut de Durmstrang, a été voté. Huit ans donc qu'ils peuvent y étudier comme un Pur, ils n'y ont cependant pas leur place, le monde des Purs s'accrochent à leurs idées d'antan et refusent d'accepter que les Mêlés ont les mêmes droits qu'eux. Sans grand étonnement la place des Mêlés au sein du monde magique n'a pas beaucoup changé depuis le décret, même s'ils peuvent se rendre à Durmstrang et même s'ils ne sont plus censés être des esclaves, les idéaux puristes subsistent et font d'un monde qui se devait plus juste, presque plus injuste. Il existe encore de nombreux esclaves, malgré l'interdiction du servage. Et même si les Mêlés sortent diplômés de l'institut, il leur est très difficile de trouver un travail fixe et prestigieux. Il y a toujours un régime autoritaire qui ne laisse aucune chance à une démocratie. Les Mêlés ont toujours l'interdiction d'utiliser leur magie avant leur entrée à Durmstrang (s'ils viennent à réussir le test qui s'est, au court des années montrés de plus en plus difficile). On pensait que la révolution mourrait en même temps que ce compromis, mais dix ans après, la révolution renaît de ses cendres. Il est question de justice, de démocratie et d'égalité, une égalité qui n'est pas prête d'arriver.

 
ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
⊰ CONTEXTE (à lire obligatoirement)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✘ Charte des Sorcières - A Lire Obligatoirement & A Respecter
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne
» Aimez vous lire ?
» Lire sous les sapins
» Lire c'est voyager ; voyager c'est lire. [V. Hugo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: décrets officiels :: - préambule magique-
Sauter vers: