AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 dark side of the moon (sonnie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 17:59


sonnie koskinen
what fire does not destroy, it hardens.

carte de sorcier
nom, prénoms : koskinen, ce n'était pas grand chose, l'une de ces esclaves des steppes norvégiennes indissociable de toutes les autres, ayant perdu son patronyme dès ses premiers services. le nom de la mère, le père effacé, le traître à son sang qui s'était égaré. la pureté paternelle entachée par la fusion des corps, interdisant à l'enfant future de porter son nom, ce nom qui jamais n'irait au fruit de l'adultère, qui jamais n'irait à une sang-mêlé. sonnie, de son prénom de naissance sunniva, oubliée la douceur trompeuse, le doux mensonge claquant sur la langue, ce prénom qui ne lui sied guère. âge : vingt-trois ans. date, lieu de naissance : première nuit de mars 1892, à Tromsø, Norvège.  origines : norvégiennes, et suédoises. nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines. statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. années d'étude : sixième année, l'éclat déterminé qui vrille les prunelles, l'objectif qui se dessine. le prix de cette scolarité qui lui ronge les sangs.  spécialisation : feuer, forgée pour cette filière, mentalement bâtie pour supporter les épreuves les plus rudes, bravant la vie depuis son plus jeune âge, encaissant les corrections physiques, poussant son organisme à bout. la ténacité dans le sang, vive et endurante, elle y fut placée sans broncher, incapable de s'imaginer évoluer dans une autre filière. don : métamorphomage, héritage maternel, la malédiction de l'une, la salvation de l'autre.  maison : bleues et blanches sont ses couleurs, Skadienne indiscutablement.  baguette : trente centimètres de bois de chêne blanc, baguette rapide renfermant en son sein un crin de centaure.  patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.  epouvantard : y retourner. se voir courber l'échine. visage changeant dans le miroir, faciès défilants sous ses yeux, et puis, les flammes qui se fânent sur ses épaules, l'azur qui se ternit. ses traits qui disparaissent à mesure qu'elle se perd, à mesure qu'on la contraint à en redevenir une autre.  amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes. groupe : empty chairs at empty tables.
salveo maleficialumos maximahominum revelio


salveo maleficia.
quel est votre avis sur le tsar ?
Le Tsar et son empire, qui écrase, détruit, invente une loi n'offrant qu'un peu de poudre aux yeux sans libérer les sangs-mêlés pour autant. L'esclavage persiste, sûrement qu'il en possède encore également, sûrement que l'idée que ceux qu'il nomme impurs foule les couloirs de Durmstrang lui écorche la poitrine. Mais qui du souverain ou de sa vermine demeure le plus naïf, face à ces mesures là ? S'imaginait-il apaiser les rancunes, que les mêlés allaient tomber à genoux devant sa bonté, oubliant ces siècles de soumission, d'humiliation ? La haine que Sonnie éprouve envers celui qu'elle désigne comme le monarque des purs n'a aucune limite. Elle rêve de le voir tomber, tomber pour les mêlés. Mais elle n'est pas duppe, la gamine. Elle a appris à déceler l'attrait de la puissance dans les yeux de ses maîtres, a vu naître l'envie de lui voler sa place alors qu'elle servait en faisant mine de ne pas entendre. Et sa fureur ne va pas qu'au Tsar, elle s'adresse à chaque famille de haute noblesse songeant perpétuer son régime, en se contentant de poser leur propre nom au sommet des hautes sphères.

que pensez-vous de l'entrée des sang-mêlés à durmstrang ?
De la poudre aux yeux, sans doute, quelques friandises agitées sous le museau des chiens pour qu'ils cessent de sortir les crocs. Et pourtant, après la méfiance, l'espoir, l'envie d'autre chose. La possibilité de vivre cette vie tant imaginée, soudainement accessible. D'apprendre à dompter sa magie sans être obligée de se cacher, de prétendre à une meilleure situation, à un véritable emploi. Cette décision lui a été profitable, indiscutablement. La différence pourtant s'impose dès le premier pas posé dans l'enceinte de l'institut, scindé en deux par les lois du sang, et chaque année semble peser un peu plus lourd que la précédente.

que représente l'esclavage des sang-mêlés pour vous ?
Les poings liés. Les pensées bridées. L'envol de l'enfance à peine sortie du nid. Tombée du nid. Brisées les ailes. La condition d'esclave qui a anéanti sa génitrice. Née esclave, Sonnie, Sonnie aux sourires qui se comptaient sur les doigts d'une main, parce qu'on ne lui demandait pas de sourire, juste de s'exécuter. L'obédience aux maîtres apprise dès ses premiers pas, l'interdiction formelle de pleurer, ou seulement lorsque cela était demandé. Une existence malmenée dès les premiers jours. Sonnie ne parle pas, ne raconte pas ce qui s'est passé. Elle ne pense plus à ces heures sombres, douloureux rappels la poignardant au coeur de la nuit. Le simple terme d'esclavage hérisse son échine et crispe ses muscles, agneau rebelle que l'on aurait voulu rendre docile. L'horreur, la destruction, l'un de ses premiers griefs envers la toute-puissance des sangs purs. L'un des premiers motifs ruminé par sa rancune.

quelle est votre position vis-à-vis de la résistance ?
D'abord sceptique, s'imaginant qu'il ne faudrait pas très longtemps aux puritains pour souffler les flammes qui commençaient à renaître, voir la résistance s'embraser à nouveau a fortement secoué Sonnie. Elle voulait en être, prendre part aux actions menées, s'y jeter corps et âme pour soutenir avec eux ces idéaux qu'elle n'avait jamais perdu de vue, à défaut d'avoir pu les défendre par le passé. La résistance a réveillé sa fougue, sa ténacité. Une lueur dans la pénombre, à laquelle elle s'accroche désespérément.
Bâtarde d'un sang pur. Coulée de sang mêlé jamais inscrite au milieu des branches de l'arbre généalogique. Une tache que l'on préféra éviter d'inscrire au patrimoine familial. Mère chassée, l'esclave qui se noierait facilement dans la masse, éloignant l'enfant illégitime avec elle, l'enfant qui n'eut la vie sauve qu'à une condition, celle de disparaître. La gosse qui n'aurait jamais dû connaître le nom de celui qui l'avait engendrée. Trop risqué. Sans doute que cela ne lui apporterait rien, rien d'autre que la terreur de connaître ses origines, de mesurer à quel point il serait important de ne jamais les frôler, de ne jamais y penser. Sûrement ce que la mère s'était dit, en cédant à ses plaintes, à ses demandes incessantes. Chuchotant le nom pour la dernière fois. Scellant l'interdiction de s'en approcher, menace grondant derrière les syllabes. L'échine striée de cicatrices, les omoplates n'ayant eu de cesse de rougeouiller sous le baiser des ceinturons lorsqu'on entreprit de l'éduquer, il en est une qui se distingue particulièrement des autres, à découvert. Arabesques attachant son enveloppe charnelle à un passé qui ne daigne se laisser oublier. Griffant la gorge en dansant le long des muscles, la marque du dernier coup reçu, le refus de se tourner pour recevoir l'ultime correction, le cuir cinglant la chair, marque visible malgré les vêtements. Empreinte blanchâtre dont elle ne peut souffrir la vision, et qu'elle s'emploie à garder invisible en mettant son don à profit. La musique l'a toujours transportée, évasion glissant sur les notes qui retentissaient dans la Maison qu'elle servait, sous les doigts savants d'Onisim. Le gosse qui jouait pour divertir Madame, captivant l'oreille de la gamine. Ces morceaux qu'elle gardait en tête toute la journée durant, allégeant le poids des idées noires, libérant son coeur pour quelques secondes. Maintenait une part de son esprit éveillée, lorsque les sortilèges interdits claquaient dans ses muscles et brisaient ses os. Sept années que la mère s'est éteinte, que leurs propriétaires se sont défaits de Sonnie, la laissant à un marchand pour un bon prix, l'éloignant de leurs terres. Pour qu'elle évite de fouiller, sans doute, parce qu'il aurait été dangereux de la garder entre leurs murs, elle qui semblait tout voir, tout entendre. Tout comprendre. Parce qu'elle avait bien compris, sans avoir à demeurer plus longtemps dans la demeure. Parce que cela arrangeait tout le monde, que l'esclave qui aiguisait leurs nerfs s'en aille. Le maître était mort, et l'esclave ne distrayait plus personne. Sa libération fut salvatrice. Une année supplémentaire, et sûrement qu'elle aurait fini par se perdre, définitivement. S'éloigner de Vega, l'identité volée chaque semaine durant sa dernière année d'esclavage, constitua une véritable épreuve pour la rouquine. Quitter ses chaînes d'esclave, c'était aussi ne plus avoir à se cacher derrière tous ces visages. Redevenir Sunniva. Cette version originelle qui n'avait plus l'air d'être qu'un vague souvenir. Se créer à nouveau, retrouver ses racines. Sonnie. Sonnie qui ne serait jamais réellement Sunniva. Ce qu'elle aurait pu être, dans une autre vie. La résolution de la curieuse équation de sa vie, la soustraction de tous ces êtres incarnés depuis petite ne laissant qu'un être énigmatique. Tenace et sauvage, maîtrisant ses traits en les laissant aborder des courbes dociles, empreintes d'une innocence l'ayant abandonnée depuis longtemps. Le visage n'est que mensonge, les masques sont devenus inutiles pour celle qui module les émotions à son gré, ne laissant entrevoir d'elle que ce qu'elle décide, tantôt farouche, tantôt calme, tantôt aimante, sans que la réalité ne soit jamais atteinte, tout juste effleurée par ces autres qui l'entourent. Destinée à demeurer seule, seule avec ses apparences changeantes. Le dernier Maître lui a appris quelques sortilèges avant Durmstrang. Lumos en premier, puis Accio, avant d'aborder les autres. La première fois depuis longtemps que la belle se retrouvait émerveillée.
hominum revelio.
Les eaux gelées du lac. Les mains s'accrochant à ses chevilles en la tirant vers l'arrière, l'eau infiltrant ses bronches, étouffant ses poumons. La noirceur de la forêt, les ténèbres avant l'aube. Les sorts jetés à l'aveuglette, avec plus ou moins de succès, les poings repoussant un étudiant déloyal en frappant de toutes ses forces. Rien qu'elle ne connaisse déjà. La pression, la douleur, les principes oubliés, les principes dont elle était dépossédée bien avant de commencer son rite de passage, de toute évidence. Elle se bat, repousse des limites devenues de plus en plus fines avec le temps. Sans un regard en arrière. Elle ne peut pas regarder en arrière. Car là se trouve la peur, la véritable terreur. Celle qui lui revient en pleine gueule lorsqu'elle pénètre enfin dans la grotte.
Les murmures lui reviennent, résonnent contre la pierre froide. Ses mains prennent appui tandis qu'elle chemine à l'aveuglette, l'odeur du sang emplissant ses narines. Les chuchotements s'intensifient. Ce qu'elle a pris pour d'autres élèves, naïvement. Ses tripes se nouent avant même le premier mot prononcé. Parce qu'elle sait déjà, Sonnie, ce qu'il va dire, ce qu'elle va voir. T'es mort. Elle le pense fort, très fort. Le cauchemar revient au fil des nuits, elle finit toujours par se réveiller. Parce qu'il est mort. Mort. Pourtant, rien ne s'arrête. Et puis, un grand miroir lui apparaît. Ce grand miroir bordé d'un or vieilli, témoin de ses premières transformations, vers lequel elle chemine comme si elle retrouvait une vieille connaissance. Le coeur lourd, pourtant. Sa baguette tremble entre ses doigts, et elle demeure un instant tétanisée. Spectatrice pétrifiée des changements physiques qui s'opèrent, la voix de Yegor claquant à ses oreilles, ordonnant les noms, tandis qu'elle s'exécute. T'es mort, MORT. Le sortilège passe difficilement entre ses lèvres serrées, sans succès. Dans la glace, ses iris s'assombrissent, l'éclat les animant ne cesse de diminuer. La flamme vacille. Riddikulus. Elle ne peut pas la laisser s'éteindre. Riddikulus. Elle ne peut pas s'éteindre. Riddikulus. Elle a crié, cette fois, si fort que le murmure s'est tu, que le craquement du miroir se brisant a tout effacé, que son reflet a disparu. La peur s'est littéralement envolée. Et elle le sait, plus que jamais. Elle doit avancer. Elle va avancer.

pseudo, prénom : manon. âge : trop vieille pour toi.     pays : france.  avatar : sophie turner;  inventé, scénario, prédéfini : inventée.  crédits : fae.  commentaire :       .

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 17:59


I’ll be the strike anywhere
the reckless match you can count on.


INGRID
Sunniva. Murmuré dans la crasse et le sang. Naissance prématurée, chaotique, amorçant ironiquement une existence qui le serait tout autant. Sunniva. Le don du soleil. D'un soleil résonnant dans le duvet flamboyant hornant le crâne du nourrisson. D'un soleil qui ne brillerait que par intermittence, sans que l'étincelle ne s'éteigne jamais, pourtant. Sunniva, Ingrid murmure le prénom de sa fille, et celle qui l'a accouchée se moque, acerbe. Personne ne l'appellera jamais Sunniva. Là où tu es tombée, ma douce, elle-même finira par oublier son propre prénom. Pourtant Ingrid se ferme aux répliques mordantes de la vieille esclave, celle qui ne tardera guère à se retrouver jetée à la rue, à y crever dans les jours qui suivront, trop handicapée pour demeurer efficace. Et elle fait une promesse muette au petit être qui se débat déjà dans ses bras trop maigres. Elle lui promet qu'elle ne la laissera pas oublier son nom, jamais. Qu'elle sera là pour le lui rappeler, le plus longtemps possible, qu'elle tiendra pour elle, se pliant aux exigences des maîtres pour demeurer à jamais à ses côtés. Déjà, les geignements s'élèvent, et elle dépose ses doigts sur sa bouche en la suppliant de se taire. Et là, au milieu des orbites apeurés, l'azur s'embrume, la marée monte. Et la rousseur s'assombrit, se pigmente d'un argenté qui illumine les ténèbres. Et Ingrid demeure interdite face à la transformation qui s'opère, aux couleurs qui défilent sur les cheveux fins de sa progéniture. Et la terreur l'étreint, lui noue les tripes. Et ses yeux s'inondent à son tour, tandis qu'elle s'excuse, la berce contre son sein en ravalant les sanglots qui l'étranglent. La malédiction est transmise. Sunniva est née.

SUNNIVA
« Tu n'as pas le droit de changer la couleur de tes cheveux. Sinon on va te les enlever, tous. » « Tes yeux, c'est pareil. On te les enlèvera aussi. » « Père l'a dit, père le fera. » « Père ne plaisante pas avec ça. » « Tu ne voudrais pas qu'on te les arrache, vermine ? » « Je crois que j'ai vu du rouge apparaître là, baisse la tête tout de suite. » Le fil de la conversation résonne à l'intérieur de ses tempes meurtries, et la brûlure de son cuir chevelu semble à nouveau s'éveiller. Les doigts du maître effleurent son crâne, à l'endroit dégarni où les gosses se sont acharnés. Son échine se tend tandis qu'elle réprime un tremblement, se mordant fermement l'intérieur des joues, s'évertuant à fixer le sol. « Qu'est-ce-qui était convenu ? » Les paroles brisent l'air et la percutent. Elle connaît l'ordre, la consigne à respecter. La même depuis huit ans qu'elle est arrivée dans la Maison. Les mots qui ont commencé à prendre leur sens avec les corrections. « Je ne veux pas de cela chez moi. Tu ne te transformes pas. » Ses muscles hurlent tandis que les mains harponnent ses épaules, que le front se colle brutalement au sien. « Tu ne te transformes pas. » Le souffle subitement radouci vient chatouiller ses narines, d'âcres nuances s'en dégageant, sûrement ce whisky pur-feu qu'il lui demande tous les soirs. « Tu ne te transformes pas, sauf si je te le demande, hm ? » La poigne se desserre, les doigts glissent dans la chevelure de feu en dégageant les épaules. Il la dresse, la petite esclave, la façonne dans la violence et sous la menace. Qu'elle ne le trompe jamais, en grandissant, en revêtant d'autres apparences comme la mère sait si bien le faire. Qu'elle soit bien élevée, il s'en assure depuis qu'elle est née dans son domaine, appartenant entièrement à son seul nom, à sa propriété. La manipulation pour alliée depuis tellement longtemps que l'homme excelle dans le domaine. S'attaquer à la psyché. La détruire pour la reconstruire selon ses desseins. Guider la marionnette, régir les transformations, forgeant les identités et les invoquant à sa guise. Ce soir encore, le sang impur nourrira la terre sèche de la cave, comme pour chaque transformation incontrôlable, encore et encore. Jusqu'à en imprégner chaque parcelle, s'y insinuer délicatement, comme en territoire conquis, comme un inlassable rituel. Pour que Sunniva disparaisse. En oublie jusqu'à son prénom. Maligne renarde s'accrochant à la vie en semblant s'incliner de plus en plus près du sol.

ONISIM
Dernière acquisition du Maître, le garçon aux hippogriffes, l'impur s'occupant des créatures de la famille, des plantations de Madame. Le virtuose aux doigts d'or qui volent sur le piano. Les lèvres scellées qui ne s'ouvrent jamais, par ordre du Maître. Qui n'a nul droit de s'adresser à elle, la jeune esclave, qui du haut de ses onze ans se contente de l'observer. Par deux fois, quelques mots lui échappent, corrigés par le Maître dans la journée. Doloris chanté à ses oreilles, son corps se disloquant dans une danse macabre, la musique qui continue à bourdonner dans sa tête. Continuant à frôler Onisim, à déambuler sur ses pas, tentée de l'atteindre, elle s'y accroche. L'interdiction du Maître pour motivation ultime. Les cris s'élevant de la cave résonnent dans les oreilles d'Onisim, lui qui sait pertinemment qu'ils ne peuvent appartenir qu'à la gamine. La gamine paumée dans son sillage, bousculée de temps à autre par inadvertance, cette curiosité évoluant dans la même demeure que lui sans qu'il ne puisse lui parler, lui demander. Qui es-tu ? Les alliés muets, qui s'effleurent, se cherchent. Comme une promesse tissée sur le fil invisible de leur regard, de leurs yeux qui ne se détachent pas, même quand les coups pleuvent, que les sorts frappent. Onisim qui rêve de s'enfuir, de quitter ces lieux qui l'opriment. Cinq années. Cinq années d'esclavage. De soumission. D'humiliation. Dix-sept pour elle. La poupée du Maître, qu'il voit changer de visages, de comportements. L'adolescente qui incarne tous les âges, avant de s'effondrer, à bout de force. Une fois il se hisse contre l'homme, le somme d'arrêter, gueule qu'il va finir par la tuer. Une soirée passée dans la cave, où les sangs se mêlent et s'emmêlent, où le carmin ne fait plus qu'un entre leurs corps décharnés. La rage gronde au fond des tripes de Sunniva, les pulsations erratiques injectent la fureur dans ses veines, dégèlent le myocarde. Et les flammes se raniment derrière les côtes. Et elle s'embrase pour Onisim.

YEGOR
Elle les entend encore, ces prénoms qui imprègnent ses lèvres, ces êtres qu'il réclame. La nuit, le jour. Elle les entendra probablement toujours, inlassablement, où qu'elle se trouve. Sa mort n'y changera rien. Plus maintenant. Il a réussi. Ses mains tremblent, ses bras tremblent, tout son corps s'agite et lui fait mal. Il le lui a dit, avant de s'éteindre. Malgré tous ses efforts, il a réussi. Le pied d'Onisim envoie voler la baguette du sorcier, l'éloignant de l'enchevêtrement des cadavres. Ses yeux à elle se perdent, notent le teint cadavérique de sa mère, ne s'y attardent pas. Elle ne pouvait pourtant pas s'en détacher, une dizaine de minutes plus tôt, en la découvrant là, inerte sur le sol, le Maître penché au dessus de sa carcasse inanimée. Elle ne saura jamais si c'est lui qui a porté le coup de grâce, mais l'issue reste la même. Il a laissé la maladie l'emporter, lui a refusé les soins nécessaires. Trop coûteux. Inutiles, pour une impure d'esclave. Elle n'a aucune peine à imaginer ces mots claquer sous sa langue de serpent. Alors, quelque part, c'est lui qui l'a tuée. C'est ce qu'elle s'est dit, alors que ses traits se décomposaient. Ce qu'elle avait envie de lui hurler, alors qu'il se relevait, passait une main dans ses cheveux comme à son habitude. Une main à la fausse douceur, s'accrochant de plus en plus fort, glissant sur son épaule en y marquant son emprise. Des condoléances. Des condoléances susurées à son oreille. Elle aurait dû les accepter. Après tant d'années, il n'avait sûrement rien attendu d'autre de sa part. Pas après tout ce qu'elle s'était pliée à faire pour lui, témoignages d'une dévotion des plus totales, sans doute. Difficile de s'imaginer qu'il demeurait un semblant d'impulsion spontanée, derrière ces traits marmoréens. Le visage de Sunniva qui ne s'aminait plus que pour lui, pour se transformer à sa guise. Difficile de s'imaginer qu'il avait pu échouer. Réalisation impossible, alors qu'elle lui dérobait sa baguette, la plantant férocement sous son menton, à lui en transpercer la chair. Elle avait dans la tête ces sortilèges si souvent entendus, reçus. Oh, ça, elle ne manquait pas d'imagination à ce propos. Elle savait ce qui faisait mal, très mal, le plus mal. De tous, pourtant, aucun ne valait la douleur de l'échec qu'elle décelait dans ses yeux, en la voyant se retourner contre lui. Jubilation et fureur nouaient ses veines, en vociférant les formules, enchaînement de sorts, enchaînement d'étincelles inutiles griffant le visage du Maître. Yegor. Yegor le bourreau. Le sexagénaire qui s'effondre, mais non de son fait, elle qui a pourtant fantasmé sa mort depuis près d'une décennie. A peine quelques minutes, et les souvenirs tendent déjà à s'estomper. Onisim l'a tué, c'est tout ce qu'elle sait. La nuque rompue, d'un coup brutal, sans artifice, sans long combat. Si rapidement que la rouquine peinera plus tard à se repasser le fil de ce souvenir, ne se rappelant que des mains de Yegor la repoussant, du corps du maître soudainement abattu, d'Onisim lui apparaissant. Elle, on la retrouvera à côté de sa mère, à côté de Yegor, assommée, innocente, la docile esclave s'ajoutant à la liste des victimes d'Onisim. Les excuses du jeune homme plein les oreilles, l'empreinte de ses lèvres sur sa tempe, ce dernier souvenir de lui avant le trou noir, avant qu'il ne la frappe et qu'elle ne s'effondre, avant qu'il ne prenne la fuite pour disparaître à jamais. Et  on la jettera à la rue, sans plus de cérémonie. Si elle est chanceuse.

VEGA
« Ne t'avise plus jamais de refaire ça. Jamais. T'es bien contente que j'prenne soin de ton cul. Tu t'ai jamais d'mandé c'que d'autres en auraient fait, à ma place ? Estime-toi chanceuse, estime-toi sacrément chanceuse d'être tombée chez moi. » Elle le toise de ses grands yeux qui ne daignent se détacher, pas même après que les phalanges n'aient écrasé sa joue, les mots piqué sa colère. Bien sûr, qu'elle se l'ai pas d'mandé, comme il dit. Elle sait déjà. Elle sait, c'est tout. Qu'attend-il au juste, qu'elle le remercie ? Elle ne dit plus merci depuis longtemps, Sonnie. Elle cracherait bien tout son mépris à ses pieds dans un filet de sang, si elle n'était pas certaine de devoir nettoyer ensuite. C'était stupide, certes. Elle n'aurait pas dû, mais elle l'a fait quand même. Et elle a bien vu dans son regard qu'elle a frappé sa corde sensible, comme ça, sans prévenir. Elle y a mis toutes ses forces, s'employant à conserver ces traits plus durs que les siens, ces pommettes marquées, cette mâchoire plus carrée. Brodant son cuir chevelu d'une masse de jais, lourdes ondulations cascadant dans son dos, aiguisant ses prunelles d'un brun mordoré aux éclats assassins. Cette gueule aux grands airs, ceux d'envoyer tout le monde se faire foutre, bien loin de son faciès aux contours duveteux. Elle s'est presque plue à revêtir la carcasse de la défunte qui hante la demeure du maître avec ténacité. Impossible d'y effectuer deux pas sans tomber sur un portrait. Elle a eu tout le loisir d'enregistrer la composition de son visage, depuis ces semaines à en traîner les couloirs, effectuant les corvées avec lassitude. C'est vrai, qu'il a été correct avec elle depuis son arrivée. Marmonnant ses instructions sans s'épancher. Semblant oublier sa présence. Alors, pourquoi. Pourquoi, c'est ce qu'il lui demande, c'est ce qu'elle devrait se demander. Elle pourrait lui dire que porter le masque, c'est ce qu'elle fait de mieux. Tout ce qu'elle sait faire, d'après les maîtres, d'après ses propriétaires, d'après les marchands. Porter le masque et fermer sa gueule. Depuis si longtemps qu'elle va sûrement finir par ne plus savoir comment l'enlever, un de ces jours. Certainement ce qui est attendu d'une bonne esclave. Oublier son identité. Se contenter d'exécuter. Sûrement la leçon qu'elle aurait dû retenir de ces années de servitude, de torture physique et psychologique. Elle a vu à quel point ça a réussi à sa mère, Sonnie. A se demander si elle s'en est au moins rappelée, avant de s'envoler. Si ce sont ses traits qui reposent sous ce tas de terre où on l'a jetée. Elle grogne, l'animal blessé, rugit entre ses dents en essuyant sa lèvre fendue. Le maître l'observe, encore tremblant, encore tétanisé par l'apparition funeste. La fureur embourbe ses veines, emporte sa raison. Pourtant, d'ici quelques jours, il le lui demandera. Et puis, la semaine suivante. Et puis, bientôt, il n'aura plus besoin d'ouvrir la bouche pour invoquer le fantôme. Un regard, et elle comprendra. Un regard, et elle lui ramènera Vega.

SONNIE
« N'oublie pas ton visage. » Les draps se froissent sous les bras qui se débattent contre l'invisible, qui griffent l'oreiller, le cou, les joues, ce masque qui ne devrait rien ressentir, ce masque qui n'est pas elle. Les filets lumineux de la lune se découpent derrière les barreaux des fenêtres, emprisonnent sa peau laiteuse qui s'assombrit subitement, avant de retrouver ses taches de rousseur, qui disparaissent à nouveau. Les mèches folles s'emmêlent entre ses omoplates, quelque dizaines de teintes s'y attachant, d'un blond scintillant à un vert émeraude, et elle ne parvient plus à ouvrir les yeux, ses yeux qui ne voient plus la réalité, sa réalité. « N'oublie pas ton visage. » La langue de la mère qui claque tandis qu'elle lui adresse un regard en biais, abandonnant déjà sa chevelure flamboyante au profit d'un carré châtain, le bras de Yegor glissant sur ses épaules en l'entraînant dans les escaliers. Le leitmotiv qui revient dans la violence d'une nuit aux rêves assassins, ces mots assénés depuis si longtemps, ces mots qui prennent leurs sens alors qu'elle se redresse brutalement sur le matelas, l'échine trempée, les pommettes écarlates. Ses traits s'étirent, se distordent, parce qu'à trop jouer, Sonnie, elle se perd. Elle perd la partie. A son tour, elle s'oublie. La gamine qui n'a pas voulu naître esclave, la gamine qui a refusé de courber l'échine. La gamine qui s'est bien plue à incarner ces différents personnages pourtant, sans comprendre qu'elle n'en demeurait pas moins esclave, leur docile marionnette. Ces autres si souvent effleurés, interprétés avec brio, pour lesquelles elle a éparpillé des petits morceaux d'elle-même, en perdant quelques uns, certains qu'elle ne retrouverait jamais. Son coeur s'affole dans sa poitrine et chaque os s'embrase, incapable de renouer avec sa forme originelle, la laissant là, perdue au milieu de cette chambre bien trop grande pour une fille de rien comme elle. Elle voit les yeux du maître qui s'accrochent à son visage, ces doigts qui cajolent ses longs cheveux noirs en l'appelant d'un prénom qui ne lui appartient pas. Elle entend ses excuses, lui accorde un pardon dont elle n'est pas maîtresse, s'assure un repas chaud dans le ventre et cette impression d'être quelqu'un, la gosse chérie par son père. Avant de n'être plus rien dans ses prunelles, d'y voir son reflet réapparaître, familier, dépourvu de toute substance pour lui, perdant son sens pour elle. Elle ressent la fatigue, ses jambes qui tremblent et qui l'abandonnent, laissant l'enveloppe originelle plonger dans le néant, l'esprit se perdre dans les abysses.

Elle sent ses pensées s'accélérer au rythme de son coeur meurtri, défilant les souvenirs de ces paroles qui ne lui sont pas adressées, ces mots qu'elle reçoit pour tous ces autres qu'elle incarne, ces êtres emprisonnés dans ses cellules qui hurlent à l'unisson. Le cycle infernal. Le cauchemar au sein du cauchemar.

Et elle se réveille. Brutalement. Le silence du pavillon résonne encore des battements furieux de son myocarde, et ses doigts s'agrippent à ses cheveux, étirent les mèches sous ses yeux plissés, en décèlent la couleur, contemplent la forme de ses mains, de ses jambes, ses paumes parcourent ses traits comme pour s'assurer que rien n'a changé. Cette identité qui est la sienne, qu'elle peut enfin embrasser sans frémir, sans sentir son être se dérober en s'imaginant l'avenir. Ce corps abîmé pourtant, qu'elle peine parfois à reconnaître. A se demander si c'est elle. Si ce corps qui est le sien lui ressemble encore. Lui appartient encore. Âme égarée dans la ronde de ses multiples visages.

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 534 Avatar : phoebe tonkin Double Compte : freyja, raafael et ivar Crédits : viceroy (avatar) et manon d'amûr (gif profil)

Âge : vingt-quatre hivers.
Nature du sang : pur.
Statut civil : fiancée à yagor bytchkov d'après les dernières nouvelles.
Patronus : un corbeau, symbole des mystères de la vie et de la magie.
Amortentia : une odeur absurde de rhum mélangé à celle du bois

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 18:15

sophie
bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 388 Avatar : lily james, la déesse. Double Compte : leonid et torvald les bgs. Crédits : -av/@tellers. -gif/tumblr (signa) et ivana d'amûr (profil)

Âge : Elle écume sa vingt-quatrième année avec toujours autant d'arrogance et de médisence. C'est cette haine qui la consume, comme la tient éveillée.
Nature du sang : Elle est une ancienne esclave, elle est de ceux qui n'étaient rien, une simple Mêlée, plus que fière de son propre sang.
Statut civil : Célibataire et loin d'être attirée par les histoires de coeur. Hedvig est seule et ne s'en plaint pas.
Patronus : lol

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 18:17

je suis in love de sophie, cette fille est juste parfaite.
bienvenue en tous les cas et bon courage pour ta fiche. I love you

_________________
would things be easier if there was a right way? oh, but honey there is no right way. and so you fall in love just a little bit everyday with someone new. @HOZIER.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de loki
avatar
maison de loki
Hiboux : 315 Avatar : matthew daddario. Double Compte : serghei, svea, rhaegar. Crédits : hepburns. (ava) myself. (signa)

Âge : vingt-cinq ans, de haine et de colère.
Nature du sang : royal pur blood.
Statut civil : solitaire, il ne laisse pas l'amour se mettre sur son chemin.
Patronus : un puma, les pouvoirs du chef.
Amortentia : le parfum sucré et envoûtant de hedda.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 18:55

sophie et ce début de fiche, j'ai hâte de lire la suite.
bienvenue sur le forum et bonne rédaction. I love you I love you

_________________

you're mine hedda
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 21 Fév - 22:49

mow, merci à tous les trois !
faut dire qu'avec les bouilles que vous avez choisi, vous n'êtes pas mal non plus.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois
avatar
membre du mois
Hiboux : 742 Avatar : max irons Double Compte : ulrich la vipère Crédits : sweet nothing, the queen bé (avatar) & dailymax (tumblr)

Âge : vingt cinq hivers sanglants.
Nature du sang : sorcier dont le sang est mêlé, sacrilège pour les tous puissants.
Statut civil : coeur de glace, si autrefois, des sentiments commençaient à naître et qu'un feu s'emparer de lui, il n'y a plus rien aujourd'hui. Son esprit est vide et ses sentiments, inexistants.
Patronus : son patronus prend la forme d'un tempétueux et indomptable serval.
Amortentia : l'odeur de pluie, et de bois mouillé comme de la camomille, un souvenir d'autrefois, un souvenir sous une couche épaisse de brouillard nébuleux.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Lun 22 Fév - 11:07

sang-mêlée et sophie
WE KILL THEM ALL
bienvenue

_________________


    The Gods have fashioned us for love. That is our great glory, and our great tragedy.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de loki
avatar
maison de loki
Hiboux : 311 Avatar : xavier dolan (en réflexion) Crédits : SWAN
coucou
Âge : vingt-six ans, prêt à entrer dans la vie active... ah non, pardon, prêt à fuir.
Nature du sang : pur (déshonoré, traqué, au ban de la société, mais pur)
Statut civil : célibataire sur le papier
Patronus : une souris, dont il a globalement plutôt honte.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mar 23 Fév - 0:00

les premières lignes de cette sang-mêlée, et l'écriture de ta demande de don... en tous les cas j'aime ton personnage, et bienvenue à toi! mais alors si la métamorphomagie est acceptée, et que artiom n'est plus le seul de son espèce à durmstrang, il va carrément nous falloir un lien de folie folie folie

_________________

d'ailleurs, je recherche les membres de la fratrie,
ma boîte mp est ouverte aux nouveaux  


et pour en savoir plus, les liens c'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mar 23 Fév - 13:30

Andreï - sang-mêlé ftw. tes choix sont également excellents, inutile de préciser qu'il nous faudra un lien.

Artiom - (déjà, c'est quoi ce prénom de malade, avec Dolan en plus, fiouh. )
la demande de don ayant été acceptée, le lien de folie est tout réservé.

merci à tous les deux.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de loki
avatar
maison de loki
Hiboux : 311 Avatar : xavier dolan (en réflexion) Crédits : SWAN
coucou
Âge : vingt-six ans, prêt à entrer dans la vie active... ah non, pardon, prêt à fuir.
Nature du sang : pur (déshonoré, traqué, au ban de la société, mais pur)
Statut civil : célibataire sur le papier
Patronus : une souris, dont il a globalement plutôt honte.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mar 23 Fév - 13:32

je viens te mp-otter ce soir, tu n'as pas le choix. Si tu as des idées ou des envies ou quoi que ce soit avant ce soir, n'hésite pas et félicitationnnnnns !

_________________

d'ailleurs, je recherche les membres de la fratrie,
ma boîte mp est ouverte aux nouveaux  


et pour en savoir plus, les liens c'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch princess
avatar
bitch princess
Hiboux : 1264 Avatar : emma watson. Crédits : princess rover (avatar), princess rover (gifs).

Âge : vingt quatre années.
Nature du sang : rebuté, admiré, haï, envié. carmin d'une pureté indéniable.
Statut civil : fiancée (andreas svendsen), union non-voulue que l'on reporte depuis cinq ans.
Patronus : harpie féroce, le caractère retranscrit dans la bête.
Amortentia : l'effluve de la mort, de la débauche et du regret qui s'ensuit.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mar 23 Fév - 13:32

mih, une jolie sang-mêlé à torturer je te souhaite la bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite. I love you j'aimerai beaucoup un lien avec ta donzelle mais faut que je réfléchisse.

_________________
you see her when you close your eyes, maybe one day you'll understand why everything you touch surely dies.     - let her go, passenger -

      
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
membre du mois
avatar
membre du mois
Hiboux : 920 Avatar : jenna-louise coleman Double Compte : la poupée métissée en provenance d'égypte (kahina). Crédits : timeless (av) ; moi-même (signa) ; tumblr (gifs) ; brynhildr (bannières)

Âge : vingt-trois années qu'elle écume la froideur de l'empire
Nature du sang : la pureté coule dans ses veines, la fierté de la princesse de glace transperce son regard
Statut civil : le temps l'a rapproché de sa sentence, les prétendants se bousculent pour lui passer l'anneau au doigt, mais aucun n'a su gagner le coeur de la poupée
Patronus : l'un des sorts qui lui a causé le plus de tords, mais elle a fini par arracher un filament argenté à sa baguette, prenant la forme d'un serpent
Amortentia : une effluve subtile de bois de santal mélangée à une pointe de vanille. une odeur qui lui est familière, mais la poupée veut oublier, l'oublier et se concentrer.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mer 24 Fév - 10:14

sophie, bb sophie
bienvenuuuue

_________________
It's hard letting go. I'm finally at peace but it feels wrong. Slow I'm getting up. My hands and feet are weaker than before. And you are folded on the bed where I rest my head. There's nothing I can see, darkness becomes me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mer 24 Fév - 22:40

Artiom - on va s'le faire, ce lien en or. j'espère que t'es fier, j'avance ma fiche doucement mais sûrement.

Inka - ce sera avec plaisir pour un lien (oui, j'avance avec plaisir vers la torture de mes persos moi, j'suis comme ça. ) merci pour l'accueil, la belle.

Sofiya - ouh, on a déjà dû se croiser quelque part car ton pseudo me dit quelque chose. Faut que je retrouve où. en tout cas, superbe choix avec la belle Jenna.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Mer 24 Fév - 22:56

le début de ta fiche est plus que prometteur
bienvenue parmi nous I love you
et si t'as besoin de quelques alliés contre ces barbares de sang purs, n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Jeu 25 Fév - 20:59

ow, merci à toi, j'suis contente que ça te plaise.
et ouiiii, une alliée, je veux. elles sont spécialisées dans la même filière en plus, on devrait pouvoir trouver quelque chose de bien.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de sigyn
avatar
maison de sigyn
Hiboux : 404 Avatar : poppy drayton. Crédits : redwyne aka ivana la blg (avatar) & (gif de profil), brynhildr aka inka le kk (bannière).

Âge : vingt-trois années, années qui ne lui appartiennent pas, plus.
Nature du sang : un sang impur, un sang rejeté. il est mêlé, il est rouge et il lui est indispensable. hedda le hait, persuadée qu'il s'agit de la raison de sa condition.
Statut civil : célibataire, fidèle à yador pour toujours et à jamais. infiniment sienne, désespérément seule.
Patronus : un cygne, il est blanc et majestueux, aussi pur qu'hedda.
Amortentia : une odeur de rhum mélangée à celle du bois, le parfum de yagor enivre ses narines.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Ven 26 Fév - 11:22

qu'elle est belle sophie.
bienvenue parmi nous! I love you I love you

_________________
    Where worlds collide
    Blood divides
    When darkness falls
    Fate calls.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i take my decisions
avatar
i take my decisions
Hiboux : 667 Avatar : dancy, avec ses petites fesses. Double Compte : pova la grosse badass qui claque des culs. Crédits : tumblr, velvet dust, leave et inka la belle

Âge : trente-huit ans, même s'il jure avoir trainé sa carcasse des siècles durant, et voilà bientôt vingt ans que la capitale fait de lui son captif.
Nature du sang : pur, pur alors qu'il se sent aussi souillé que les mêlés, victime d'un sang de bête, de monstre.
Statut civil : en laisse, sous le regard moqueur du paternel.
Patronus : un albatros, du temps où il y arrivait : il n'est plus qu'un filet d'argent, trait pour trait à la fumée de ses cigarettes.
Amortentia : farine, parfum de la Mère, pomme.
Localisation : nul lieu qu'il ne déteste plus que la capitale, ou même de l'Autriche qu'il rejoint parfois : seul l'institut est sauvée de sa rage, de son désespoir.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Ven 26 Fév - 13:09

Oh, la beauté.
Bonne chance.

_________________





сила народная
– Die Macht gehört zum Volk.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
i take my decisions
avatar
i take my decisions
Hiboux : 196 Avatar : Mads Mikkelsen Crédits : moi.

Âge : 49ans à fouler de ses pieds gracieux cette terre putride.
Nature du sang : Pur, il coule sans interruption et sans gene dans les veines royales des Rasmussen.
Statut civil : Célibataire, le mariage n'est pas fait pour lui. Il n'aimera sans doute jamais suffisamment une femme pour l'épouser. Cela ne l'empeche pas de gouter aux plaisirs de la chair.
Patronus : Une pieuvre : Multitache, possessive, tactile. Il vous attrape dans ses tentacules et vous noie.
Amortentia : L'odeur d'un bon souffle du dragon, d'une rose semblable à une femme, d'une trainée de poudre.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Sam 27 Fév - 13:08

On m'a parlée de toi

Bon courage pour ta fiche, hate de voir ce qu'il va se passer

_________________
Blood is thicker than water.
Pour faire court, vous êtes ici chez les salopards. C’est admis. On n'a pas des idées bien jojos, et on n’a pas peur de le dire ! On fomente, on renégate, on laisse libre cours à notre fantaisie.©️pathos.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 0:25

Hedda - merci à toi, je ne connais pas ton avatar mais elle a l'air chou.

Félix - t'es pas mal non plus. merci pour l'accueil !

Janis - salut tonton. il faudra qu'on discute, toi et moi.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 534 Avatar : phoebe tonkin Double Compte : freyja, raafael et ivar Crédits : viceroy (avatar) et manon d'amûr (gif profil)

Âge : vingt-quatre hivers.
Nature du sang : pur.
Statut civil : fiancée à yagor bytchkov d'après les dernières nouvelles.
Patronus : un corbeau, symbole des mystères de la vie et de la magie.
Amortentia : une odeur absurde de rhum mélangé à celle du bois

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 0:56

alors, il y a plusieurs détails qui m'embêtent il n'y a pas de bâtards dans la première branche des rasmussen mais uniquement dans la troisième. tous les bâtards sont notés dans les arbres généalogiques et sonnie ne peut donc pas être la bâtarde d'elrich rasmussen. il faudra donc changer ce détail I love you de plus, je vois mal comment sonnie aurait pu tuer son maître en lui prenant sa baguette et en lui lançant des sorts comme si elle avait eu un entraînement magique même si elle a entendu les noms des sortilèges, ça reste peu probable qu'elle ait réussi à le tuer, surtout en utilisant sa baguette qui ne fonctionne qu'avec son propriétaire. de plus, rien que le fait de tuer un sang pur ou d'un avoir l'intention conduit directement à la prison, à la fuite voire à la mort n'hésite pas si tu as des questions I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 1:28

Alors, pour Eldrich, j'avais posté dans les demandes de lien pré-inscription la recherche du père biologique de Sonnie, et Eldrich s'est proposé. Du coup je pensais que ça ne posait pas de problèmes. Si ce n'est pas possible, faudra que je revoie avec la joueuse, à ce moment là je partirai sur une famille de sang pur inventée !

Pour ce qui est du maître, justement, ce n'est pas Sonnie qui est parvenue à le tuer (c'est certain qu'elle ne parvenait pas à lancer les sorts, d'où les "étincelles inutiles"), et c'est Onisim qui l'a tué avant d'ensuite prendre la fuite. Comme tout s'est passé rapidement, qu'elle était complètement aveuglée par la colère et déboussolée, le seul souvenir qu'elle en a c'est qu'Onisim a tué leur maître, avant de l'assommer elle et de prendre la fuite. Peut-être qu'en voulant jouer sur la précipitation, ça prêtait à confusion dans ma fiche, je peux retoucher ce passage pour qu'il soit plus clair !

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 534 Avatar : phoebe tonkin Double Compte : freyja, raafael et ivar Crédits : viceroy (avatar) et manon d'amûr (gif profil)

Âge : vingt-quatre hivers.
Nature du sang : pur.
Statut civil : fiancée à yagor bytchkov d'après les dernières nouvelles.
Patronus : un corbeau, symbole des mystères de la vie et de la magie.
Amortentia : une odeur absurde de rhum mélangé à celle du bois

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 2:02

alors non ce n'est pas possible le mieux serait en effet de partir sur une famille inventée I love you et je veux bien que tu éclaircisses ce passage du coup ça prête assez à confusion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maison de skadi
avatar
maison de skadi
Hiboux : 67 Avatar : sophie turner. Double Compte : aucun. Crédits : avatar : jade, code : endlesslove

Âge : vingt-trois ans.
Nature du sang : le sang pur mêlé par celui de la mère, cette abomination emprisonnée dans ses veines.
Statut civil : le coeur seul, le corps accompagné, parfois, sans que jamais elle ne s'abandonne. actuellement en couple avec Mikhail Azarov, énigmatique relation qui se joue dans l'ombre.
Patronus : le caracal au regard aiguisé, tardivement apparu dans les gerbes argentées.
Amortentia : l'odeur électrique d'un soir d'orage, des gouttes de pluie s'écrasant dans l'herbe, assortie des notes poussiéreuses coincées entre deux pages d'un livre. ses premiers pas à l'air libre dépourvus de ses chaînes.

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 14:16

ça marche, j'ai donc enlevé les références aux Rasmussen de ma fiche.

j'ai retouché le passage, remis au clair ce qui ne l'était pas pour que l'on comprenne que Sonnie n'a pas fait de mal avec la baguette, que Yegor est mort de la main d'Onisim, j'espère que ça conviendra comme ça du coup.

_________________
    be fire, not this ash
    I did not unzip my chest to every kind of hurt, and stagger back, wounded and alive, just to hear you call me weak for trying. I opened my door to Heartache — I gave her the fucking key. understand that I am not your next victim in a laundry list of broken girls. So when you go looking to make a plaything of a sunburst, you better look for someone with less fire than me. Because softness or no, I will eat you alive before I let you make a meal of me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bitch queen
avatar
bitch queen
Hiboux : 534 Avatar : phoebe tonkin Double Compte : freyja, raafael et ivar Crédits : viceroy (avatar) et manon d'amûr (gif profil)

Âge : vingt-quatre hivers.
Nature du sang : pur.
Statut civil : fiancée à yagor bytchkov d'après les dernières nouvelles.
Patronus : un corbeau, symbole des mystères de la vie et de la magie.
Amortentia : une odeur absurde de rhum mélangé à celle du bois

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   Dim 28 Fév - 15:37


bienvenue sur durmstrang
embarquez pour stolytsia et l'institut

Félicitations, tu viens d'être validé Tu fais désormais officiellement partie des membres du forum. Avant toute chose, laisse moi te dire quelques mots sur ta fiche : c'est tout bon pour moi  I love you j'ai adoré ton personnage et l'impact de son don dans sa vie   j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire I love you . Maintenant que tu as un joli rang et une couleur sur ton pseudo (si c'est pas la classe  ), tu dois remplir les registres pour y inscrire ton personnage. Il faudra tout d'abord vérifier que ton avatar est bel et bien inscrit dans le bottin. Si ce n'est pas le cas, n'hésite pas à contacter un membre du staff qui l'ajoutera le plus vite possible. C'est la même chose si ton personnage a un don. Il est toujours préférable de vérifier que ta place est bien réservée dans l'annexe des mutations magiques. Ensuite, comme tu dois sûrement t'en douter, tu devras recenser ton personnage dans les différents registres du forum. Si ton personnage étudie à Durmstrang, il faudra le signaler dans le registre des élèves. N'oublie pas de recenser son ordre s'il en fait partie. Tu devras aussi veiller à recenser ton patronus  afin d'éviter qu'il ne soit pris. Si ton personnage exerce une profession ou qu'il est en stage dans la capitale, n'oublie pas de poster dans le registre des métiers. Et voilà, tu as terminé ! Tu peux désormais aller créer un scénario ou encore un lien préféfini. Tu peux aussi poster une fiche de liens et en demander aux autres membres. Pour finir, n'hésite pas à flooder  I love you Nous te souhaitons un très bon jeu sur le forum  I love you N'hésite pas à contacter l'équipe administrative si besoin  I love you

ZORN UND WUT
copyrights 2016  zorn und wut - none copies authorized

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: dark side of the moon (sonnie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
dark side of the moon (sonnie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» ULYSSE ≠ dark side of the moon
» Dark Side of the Moon
» the dark side of the moon - adam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: archives de l'empire :: - la galerie des portraits :: sorciers certifiés-
Sauter vers: